Le saviez-vous ?

Version PDF

Congrès

10 mai 2019

Le saviez-vous ?

12 juin 1961 – Youri Gagarine effectue le premier vol dans l’espace, qui a duré 1 h 48
13 juin 1981 – Éric Tabarly disparaît en mer, au large du Pays de Galles
14 juin 1791 – La Guyane française abolit l’esclavage

Et les 12, 13 et 14 juin 2019, par un beau soleil de printemps, en plein quartier latin, dans une faculté de médecine légendaire, se tiendront les 4es Journées d’Imagerie de la Femme et du Fœtus.

Grand rassemblement de toute la communauté des échographistes francophones en gynécologie, en échographie fœtale, en infertilité, dans une ambiance conviviale et studieuse, pour partager ensemble trois jours de remise à niveau de nos connaissances, profiter de la passion et de la soif de partage de 79 experts qui ont toutes et tous répondus présents.

Une nouveauté cette année, la séance commune du jeudi matin qui rassemble gynécologues, obstétriciens, sages-femmes et radiologues autour d’un sujet commun, chaud bouillant, angoissant, polémique : l’isthmocèle dans tous ses états : diagnostiquer, agir, surveiller.

Le mercredi, deux sujets difficiles :

  • le cerveau fœtal, toujours un grand classique, où dépisteurs et diagnostiqueurs peuvent se perfectionner sans cesse 
  • les reins, sujet souvent mal traité, imagerie difficile, pronostic pas facile ; l’imagerie haute fréquence permet une sémiologie encore jamais atteinte

Le jeudi, question récurrente :

  • combien pèse mon fœtus ?
  • combien pèsera-t-il à la naissance ?

Dans le calme et sans polémique, dans l’ambiance d’un débat en cours, les experts expliqueront leurs recherches, leurs hésitations.

Le vendredi :

  • l’échographie s’invite en salle de travail avec des outils simples, accessibles ; nous serons là pour apprendre avec nos experts ;
  • le cœur, autre grand classique, démythifié, rendu facile grâce aux travaux des uns et des autres. N’ayons plus peur du cœur fœtal, il est à notre portée, nous échographistes, sages-femmes et gynécologues, tout dépend comment on explique son examen.

Mais pourquoi ne pas faire un détour par l’amphithéâtre « échographie en gynécologie », longtemps négligée par les gynécologues-obstétriciens et maintenant accessible aux sages-femmes échographistes :

  • la place de l’hystérosonographie, myome ou sarcome ? ;
  • l’hématométrie ;
  • les synéchies ;
  • l’endométriose, avec les travaux du groupe Gynécologie de la Commission nationale d’échographie du CNGOF.

Pour l’échographie de l’infertilité, sujet tellement évolutif depuis quelques années, venez nombreux assister aux exposés sur les nouveaux bilans rapides et précis, en un jour, en une heure. Ne ratez pas en fin de matinée, le vendredi matin, la place enfin acquise de l’hystérosonographie pour l’exploration de la cavité et de l’HyFoSy pour les trompes sans douleur. L’hystéroscopie et l’HSG deviennent obsolète et déjà si lointaines !

N’oubliez pas les ateliers de fin d’après-midi, là où les experts livrent leurs trucs et astuces, lieux où les débats de la journée se poursuivent.

Nous vous attendons nombreux, ensemble, toutes spécialités confondues, dans une fête de l’échographie francophone.

À très vite.

Jean-Marc Levaillant